Retour sur une dégustation exceptionnelle de vins du Rhône

Hermitage 1961, Hommage à Jacques Perrin 1995, Château Grillet 1990 : retour sur une dégustation monumentale!

Retour sur une dégustation exceptionnelle de vins du Rhône

Hermitage 1961, Hommage à Jacques Perrin 1995, Château Grillet 1990 : retour sur une dégustation monumentale!

Le 30 mars 206, lors d'une soirée autour des vins du Rhône, organisée au Cercle by Vintage & Cie et au Royal Monceau, nous avons ouvert de rares bouteilles apportées par nos hôtes ou sélectionnées dans la collection de Vintage & Cie. Voici quelques notes sur ces bouteilles fantastiques : 

DOMAINE GEORGES VERNAY, « Les Terrasses de l’Empire » Condrieu, 2014 

Une expression racée du Viognier  : un nez dominé par la pêche fraiche, une bouche ample mais sans lourdeur.On perçoit encore une trace d’élevage et de malolactique qui trahit la jeunesse de ce vin. La finale est plus nerveuse, presque phénolique avec ses notes de pamplemousse rose. Une bouche nette, précise. Un vin à attendre 2 ou 3 ans.

DOMAINE GOURT DE MAUTENS, Rasteau, 2008

Le nez est expressif, floral dominé par des notes de violettes et une pointe animale qui ancre le vin dans son appellation. En bouche, concentration, densité mais également de l’équilibre, de la fraicheur. Le vin est encore aux prémices de sa vie en bouteille et gagnera en finesse avec les années. 

E. GUIGAL, Condrieu, 2012

En réponse aux Terrasses de l’Empire. Un nez discret, élégant, moins variétal. En bouche, de la densité, un crémeux accentué par un élevage maitrisé mais présent. Une finale également légèrement tannique qui apporte de l’équilibre.

CHÂTEAU GRILLET, 1990

Ouvert 15 minutes avant le service, le vin se révèle de prime abord assez fermé, tout en retenue. En bouche, une pointe d’amertume rend la dégustation compliquée. Après quelques minutes, le nez se révèle, tout en truffes blanches, pain grillé.La bouche gagne en volume et en persistance aromatique mais conserve la marque de l’élevage. Le vin est sur un plateau et devrait se déguster de manière similaire pendant de longues années encore.

DOMAINE CHAPOUTIER, Hermitage, 1961

Une bouteille carafée et filtrée. La robe est presque opaque, évoluée mais encore soutenue. Au nez, les arômes de rancio confirme l’âge canonique du vin. En bouche toutefois, on perçoit de la fraicheur, de la vivacité, une trame tannique encore bien présente. Une persistance aromatique infinie qui fait des adeptes.

DOMAINE DE MONT-REDON, Châteauneuf-du-Pape, 1978

Il faut attendre un long moment dans le verre pour que le vin révèle ses atouts. D’abord un peu liégeux, il finit par donner des notes de noix, de fruits secs, de pruneaux et de kirsch. En bouche, le toucher est soyeux, d’une grande finesse.

CHÂTEAU DE BEAUCASTEL, Châteauneuf-du-Pape, 1989

La couleur trahit un peu d’évolution, les anthocyanes ayant en grande partie précipité au fond de la bouteille. Le nez, très Grenache du sud, un peu épicé évoque le Rhône de Fonsalette. Au nez et en bouche, le vin est encore juvénile, placé à l’aveugle au début du XXème siècle. L’élégance, l’équilibre, la tenue du fruit dans le temps confirment les qualités remarquables des vins du domaine.

CHÂTEAU DE BEAUCASTEL, « HOMMAGE À JACQUES PERRIN » Châteauneuf-du-Pape, 1995

Le vin s’impose d’emblée comme « le patron » de la soirée. Couleur encore très soutenue, intensité aromatique envoutante, un brin épicée. En bouche, le vin est structuré, enveloppant, équilibré, à la fois méridional et frais. C’est un très grand flacon.

DOMAINE CLAPE, Cornas, 1999

Le nez est dans la ligne des vins du domaine : un peu sur la réserve et la retenue, très traditionnel. En bouche, le vin tranche par le caractère affirmé des tanins, dont la présence est accentuée par la fraicheur et la tension. Le vin met en exergue l’austérité des terroirs de l’appellation.

E. GUIGAL, « LA TURQUE », Côte-Rôtie, 1996

Un vin solaire, presqu’exotique tant la Syrah semble surmature. Beaucoup de densité, des notes de fruits noirs très mûrs, confiturés. La sensation d’alcool est aussi présente, renforçant le caractère très solaire de cette bouteille.

MARIE ET PIERRE PÉNETIÈRE, « LE DOLIUM », Côte-Rôtie, 2007

Une vraie découverte, à rapprocher de la bouteille précédente puisque les raisins sont issus du même terroir de la Turque. Cuvée rare, vin très gourmand, marqué par la vinification en grappes entières qui n’est pas sans rappeler le travail de Philippe Pacalet en Bourgogne. Bel équilibre, grande tension. Un délice.


Showing 2 reactions

Please check your e-mail for a link to activate your account.

Stay in touch

Sign up to our newsletter

Follow us on social media

Le Cercle by Vintage & Cie,
199 rue du Faubourg Saint Honoré
75008 PARIS
Tél. 09 66 84 98 43
contact@vintageandcie.com

Sign in with Facebook, Twitter or email.

Created with NationBuilder